Journal d'une quinqua

Quand Sophie Davant se livre à nous

 

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité » A. De Saint-Exupéry. C’est ainsi que Sophie Davant,  la célèbre journaliste française, commence l’introduction de son livre fraichement publié en mars 2015.

 

En toute transparence & honnêteté Sophie se confie à nous à travers son nouveau livre intitulé ‘Ce que j’ai appris de moi’. La journaliste et femme (avant tout) de 52 ans témoigne avec simplicité du courage qu’il faut pour entamer une nouvelle vie à 50 ans.  De façon accessible, elle nous emmène sur son chemin parsemé de doutes et de craintes, mais également de joies, de plaisirs et finalement de liberté. Beaucoup pourrons s’inspirer de ses écrits qui mènent à la réflexion. Je souhaite souligner quelques-unes  de ses remises en question, qui semblent rejoindre la thématique de mon article précédent.

 

 « Suis-je là où je voudrais être? Quel sens à mon activité professionnelle ? Suis-je épanouie dans ce que je fais ? Comment changer ? Cela est-il possible? Suis-je la femme que j’ai envie d’être? »

 

Même si son récit part de sa propre expérience racontée du haut de ses 50 ans, son livre autobiographique aurait très bien pu être écrit par n’importe quel individu traversant un stade de vie plus au moins difficile. Je suis effectivement convaincue que les phases de grand questionnement que nous parcourons tous tôt ou tard, sont des boucles perpétuelles.  Par conséquent, à 29 ans, je reconnais bien les interrogations de l’auteur et je ne serais pas surprise d’y revenir dans 10 ou 20 ans.  

 

Certains psychologues tels que Myriam Brousse, auteur du livre ‘Votre corps a une mémoire’, parle de cet aspect de reproduction de questionnement existentiels comme des ‘cycles biologiques’ dans lesquels il y aurait une logique mathématique. Il semble que certains évènements clés se répètent plusieurs fois – sous forme différentes -  dans nos vies et ceci à un rythme soutenu. Je ne peux pas prévoir l’avenir & inutile de se projeter 20 ans plus tard, mais j’ai envie de dire; à chacun de vivre au jour le jour et de faire l’analyse pour soi en temps voulu.

 

Je reviens sur l’ouvrage & à son auteur. Qu’en dire de plus? Même si le nom de Sophie Davant pourrait se réduire à la définition de « personnalité féminine française connue », la nouvelliste nous prouve qu’elle est avant tout une femme moderne affrontant les obstacles du monde contemporain. Avec une capacité d’analyse qui laisse point indifférent, elle nous parle de ces étapes de la vie qui nous transforment à jamais. En passant par la relation parentale, son entourage, l’acquis familial, le débat de l’amour, son métier sous les projecteurs, les influences externes qui nous façonnent, la méditation, sa rencontre avec Mathieu Ricard,… elle nous confronte à une réalité que beaucoup d’entre nous tentent de fuir.  A travers le récit de ses expériences, j’ai appris à faire la connaissance d’une femme simple et humaine voulant avant tout donner un peu de courage à ceux qui parfois en manquent, et un peu d’espoir à ceux qui n’y vois pas toujours clair… Merci Sophie.

 

Je fût également touchée par sa façon de communiquer son engagement dans le Téléthon qui est une belle preuve d’humanité et qu’elle décrit avec un sens aigu de la réalité. En quelques instants mes ‘lourdes’ pensées quotidiennes se sont allégées , me réalisant que me lever le matin sur mes deux pieds était finalement le plus grand bonheur au monde. Encore une fois; merci Sophie!

 

Petit bémol quand-même: Je me demande si le passage mentionnant que les présentateurs ne sont pas rémunérés pour leurs prestations du Téléthon était réellement nécessaire. A la lecture de ces mots, mon envie de continuer c’est un peu estompée. J’ai l’ai malgré tout vite retrouvée sachant que cette annotation était peut-être simplement un clin d’œil vers l’engagement physique et mental que demande parfois son métier. Donc finalement; passage pardonné.

 

En conclusion, je conseil à chacun qui traverse une étape majeure de sa vie, que ce soit privé ou professionnel, de prendre rendez-vous avec Sophie et de s’octroyer un petit moment pour soi. Vraiment pour soi. Que vous ayez 30, 40, 50 ans ou plus, nous passons tous par les mêmes périodes d’incertitude. Certains avancent plus rapidement que d’autres, mais peu importe, au bout du compte, c’est le chemin parcouru qui est le plus important.  Et pour terminer en philoSOPHIE comme le ferait Sophie, cette citation qui nous guide dans la bonne direction:

 

« On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une »

CONFICIUS

Écrire commentaire

Commentaires: 0